Le financement des besoins en équipement divers peut devenir une lourde tâche. Pour cela, il est fréquent de voir des entreprises ou des particuliers qui ont recours à des modes alternatifs de financement. Au nombre de ces derniers, on retrouve en tête de liste le leasing. Voyons ensemble de plus près ce mode d’équipement qu’est le leasing.

Le leasing : c’est quoi ?

Encore désigné sous le vocable de crédit-bail, le leasing est à la base un contrat qui met un bien en location sur une durée donnée. Cette dernière est généralement comprise entre 2 à 5 ans. Au terme de ce contrat, le leasing offre la possibilité au particulier ou à l’entreprise de racheter le bien qui mit en location. Cette option est faisable à partir de la date de signature du contrat et ceci à un tarif fixe.

Grâce à ces nombreux avantages, les petites, les moyennes et les grandes entreprises sont de plus en plus tournées vers le leasing pour acquérir tous les différents types de bien. Ainsi, elles peuvent désormais acheter facilement les équipements leurs choix que soient les mobiliers, les véhicules, les biens immobiliers, etc.

Par ailleurs, le leasing met en interaction trois acteurs principaux. Il s’agit du fournisseur du matériel, du crédit preneur qui est l’utilisateur du matériel et du crédit bailleur. Le dernier est l’établissement spécialisé dans le leasing.

Le fonctionnement du leasing

Avec le leasing, le crédit preneur fait le choix du matériel qui lui convient auprès de son bailleur. Néanmoins, il doit d’abord d’effectuer une demande d’un crédit de bail. À cet effet, il aura un retour satisfaisant si l’analyse de sa situation met en confiance le bailleur ou l’établissement financier. À l’issue de cette analyse, le bailleur met à la disposition du demandeur le bien concerné pendant la durée définie dans le contrat de bail.

Durant tout le temps où le contrat est valide, le bien demeure la propriété du crédit bailleur. Toutefois, il peut y avoir une entente sur la vente du bien au crédit preneur s’il le souhaite.

Au terme du contrat de leasing, trois possibilités sont généralement présentées au crédit preneur à la fin du contrat. Il s’agit à cet effet de :

  • la restitution du bien
  • le renouvellement du contrat
  • et l’achat du bien à sa valeur résiduelle.

Le leasing n’est donc pas une location simple parce qu’il peut finir par le transfert de la propriété entre le crédit bailleur et le crédit preneur. Il n’est pas aussi un contrat de location-vente puisqu’il n’inclut pas l’obligation d’achat au terme du contrat.

Il faut souligner que toutes les sociétés régulières peuvent conclure des contrats de leasing. Il s’agit à cet effet :

  • des entreprises de divers secteurs d’activité
  • les libéraux et autoentrepreneurs
  • et PMI-PME.

Au-delà des entreprises, on retrouve les collectivités territoriales, les administrations et différentes associations.

Le coût et le financement du leasing ?

Concernant le coût du leasing, il est la plupart du temps plus élevé que celui des crédits de types classiques. Cela est dû à l’échelonnement dans le temps, mais aussi au taux qui est pratiqué. Les mensualités qui sont payées servent à couvrir les intérêts et les différents amortissements.

En optant pour le leasing, il est possible de faire face au besoin d’approvisionnement en outillage professionnel. Il s’agit là de l’ensemble de l’équipement nécessaire pour l’activité de l’entreprise. On peut fournir la flotte automobile de la société et les biens immobiliers à son profit.

Avec le leasing le financement du bien est assuré à 100 %. Tout comme l’achat des voitures, des logements, et autres, la TVA est prise en compte par le crédit bailleur. De plus, son remboursement est échelonné. Il en est de même pour les impôts. Il faut dire que l’absence du bien à l’actif du bilan d’un crédit preneur est un avantage fiscal. Il ne risque pas d’être essoufflée par le montant élevé des dépenses et par le fait qu’il n’y a pas de dépôt de garantie préalable.

Les autres solutions de financement