Dans des périodes dures correspondant à une crise financière, les chefs d’entreprise peuvent être confrontés à diverses difficultés. Ils peuvent particulièrement avoir du mal à trouver de la trésorerie ou à mettre la main sur des prêts bancaires. Pourtant, il existe d’autres moyens de financement rapides qui répondent parfaitement à un besoin de liquidités. C’est le cas de la technique du Lease back, pas du tout connue des néophytes. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le Lease back.

Qu’est-ce que le lease back

Le lease-back également appelé cessions-bails est un outil de financement peu répandu permettant à une société en manque de trésorerie de disposer de fonds rapidement. Cela passe alors par le refinancement d’actifs (équipements, machines, matériels) obtenus auparavant. Pour cela, l’entreprise cède à un crédit bailleur, la propriété de ses biens.

En contrepartie d’un loyer de crédit-bail à la société, l’entreprise reçoit de la liquidité qu’elle peut utiliser pour sa trésorerie tout en ayant ses biens à sa disposition. Dans ce cas, le vendeur et l’acheteur s’accordent sur un lease back durant les tractations de vente. Tous les détails et conditions de l’achat sont intégrés dans le contrat. Grâce au lease back, l’entreprise obtient de nouveaux capitaux en vendant ses immobilisations sans en perdre l’usage.

Les avantages du lease back

La lease back est une technique de financement qui offre de nombreux avantages aussi bien dans le cadre du développement de l’entreprise, que dans l’optimisation de sa trésorerie. Cette option permet entre autres :

  • le renflouement rapide de la trésorerie de l’entreprise,
  • le désendettement,
  • l’amélioration et la valorisation de l’entreprise grâce à des travaux de rénovation,
  • l’obtention de nouveaux marchés,
  • le développement des filiales
  • et la conservation de la propriété d’un ancien bien.

En outre, la technique du lease back donne la possibilité à l’entreprise de tirer profit d’un avantage fiscal intéressant dans la mesure où les loyers de crédit-bail constituent des charges déductibles intégralement du résultat imposable.

À qui ça s’adresse ?

Le lease back est une technique de financement que peut utiliser tout type d’entreprise qui possède les caractéristiques suivantes. L’entreprise doit être assujettie à un impôt dans la classe des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) ou des BA (bénéfices agricoles).

Ou bien, l’entreprise doit être soumise à l’IS (impôt sur les sociétés), notamment certaines sociétés civiles immobilières (SCI), par exemple. Il faut noter qu’il n’existe aucune limitation pour avoir accès à cette technique. Elle est disponible pour tous les profils de société, quel que soit le secteur d’activité ou la situation (à risques de solvabilité, en encours bancaires, avec problématique de dette en equity, etc.).

Qu’est-ce que ça finance ?

À travers l’outil de financement dit lease back, l’entreprise peut réaliser divers types de financement. Le lease back permet, par exemple de financer des investissements matériels ou immatériels. L’investissement matériel est l’achat de biens durables comme des machines, des outils, des immeubles, etc. L’investissement immatériel peut être la formation du personnel, le développement de brevet ou l’acquisition de logiciels, etc.

Le leasing back peut également permettre de financer le lancement de nouveaux produits notamment dans le cadre du marketing. Le leasing back peut également financer des travaux de rénovation, de réhabilitation ou d’extension. Toute activité permettant de gagner en compétitivité, peut être financée via le leasing back.

Comment en bénéficier ?

Pour bénéficier du lease back, il faut suivre un certain nombre d’étapes importantes. Il faut tout d’abord faire l’analyse de faisabilité du dossier et ensuite avoir l’accord du comité d’engagement de l’organisme financier ciblé. Il faut, par la suite, déterminer les différents actifs qui sont éligibles à cette pratique.

Vous devrez aussi procéder à l’évaluation de la valeur de ces actifs. Une fois un accord trouvé, celui-ci est parachevé par la signature du contrat. Les fonds alloués sont alors versés par virement sur le compte bancaire de la société cliente. Au terme du bail, il est alors possible de jouir à nouveau de vos biens en tant que propriétaire en contrepartie d’une levée de l’option d’achat.

Les autres solutions de financement